Exobiologie et Astrobiologie

Home / Publications scientifiques / Titan : mystère, bulle de méthane et boule de glace

Par Michel Viso et Christophe Sotin

Grâce aux données de la mission internationale Cassini / Huygens, des équipes scientifiques de l’Université de Nantes (France) et de l’Université d’Arizona à Tucson (Etats-Unis), viennent peut-être de percer le mystère de l’atmosphère saturée en méthane de Titan et du remodelage de sa surface. Les résultats de leur étude, publiée dans la revue Nature de mars 2006, lèvent le voile sur les épisodes du passé du cycle du méthane de la plus grosse lune de Saturne.

Actuellement, l’atmosphère de Titan s’étend à plus de 1000 km d’altitude. Elle est composée essentiellement d’azote et contient une proportion de méthane pouvant atteindre 5% près de la surface. Les données recueillies par la sonde Huygens et le vaisseau Cassini, montrent que l’azote de l’atmosphère s’est formé peu de temps après l’accrétion de Titan, il y a environ 4.5 milliards d’années. La décomposition de l’ammoniaque (NH3), sous l’effet du rayonnement ultraviolet provenant du soleil, a provoqué la formation de cet azote. Le méthane actuellement présent dans l’atmosphère subit aussi les effets des rayonnements et devrait disparaître en quelques dizaines de millions d’années.

.

Evolution de la structure interne de Titan au cours du temps
.

Sur la base des informations transmises par le vaisseau Cassini, les scientifiques proposent un modèle de formation de Titan et d’évolution de sa structure interne. D’après celui-ci, le méthane sur Titan, joue un rôle un peu similaire à l’eau sur Terre. Il aurait été libéré lors de trois épisodes provoqués par la déstabilisation thermique d’un réservoir de clathrates de méthane dans la croûte puis à la surface de Titan.

Tous ces résultats sont présentés et illustrés dans le dernier numéro de la revue électronique du CNES : E-Space et Science : Téléchargez “E-Space & Sciences N°7” au format PDF

Pour en savoir plus :

  • Episodic outgassing as the origin of atmospheric methane on Titan ; G.Tobie, J.I. Lunine & C. Sotin, Nature Vol440| 2 March 2006|

2 Réponses à “Titan : mystère, bulle de méthane et boule de glace”

  1. Williwaw Says:

    Bonjour,

    Je souhaiterais savoir s’il y a assez de soufre sur Titan pour que d’eventuelles bactéries puissent se développer.

    Est-ce que le volume de jupiter a une grosse influence sur l’éclairage de Titan ? Si oui, est-ce un obstacle au développement de la vie ?

    Merci d’avance.

    Just in case, I translated my questions in english :

    Hi,

    I would like to know if there is enough sulfur on Titan to let some bacteria develop.

    Does the bulk of Jupiter have a big influence on the lighting of Titan ? If yes, is it a problem to life development ?

    Thanks for reading.

  2. Hervé Cottin Says:

    Bonjour,

    J’imagine que par “Jupiter” vous vouliez dire “Saturne”, la planète autour de laquelle orbite Titan. Bien sûr, le Soleil est parfois masqué par Saturne et compte tenu de la taille de la planète, les éclipses de Soleil doivent être fréquentes sur Titan. Mais il ne faut oublier que l’éclairage lumineux du Soleil n’est nécessaire que pour certaines espèces vivantes sur Terre. On peut vivre sans Soleil, certains organismes (au fond des océans, dans le sous-sol) le font très bien sur Terre.

    En ce qui concerne le soufre, on évoque son rôle dans le cryovolcanisme en surface, mais je ne pense pas qu’il ait été directement détecté (je ne suis pas un spécialiste de Titan). Il n’y a à priori pas de raison pour qu’il soit absent. Mais rien ne prouve que le soufre soit indispensable à ce que la vie apparaisse sur un corps céleste.

    Mais à ce jour, rien ne semble indiquer qu’il y ait de la vie sur Titan, même si l’étude de cet objet est absolument passionnante.

    J’espère avoir répondu à vos questions,

    Hervé

Laisser un commentaire