Exobiologie et Astrobiologie

Home / Publications scientifiques / Les fossiles de l’Apex Chert ne datent pas de 3.5 milliards d’années

Communiqué de Presse de L’Université du Québec à Montréal (UQAM)

Une équipe franco-canadienne, menée par Daniele L. Pinti, professeur au Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère et chercheur au Centre de recherche en géochimie et géodynamique UQAM-McGill (GEOTOP) vient de publier les résultats d’une étude sur la roche Apex chert dans le numéro de septembre de la revue scientifique Nature Geoscience. Ses résultats relancent la controverse autour de cette roche, l’une des plus étudiées au monde.

L’Apex chert

Vieille de 3,5 milliards d’années, Apex chert est une roche que l’on trouve dans le grand désert Pilbara en Australie de l’Ouest. D’aspect presque banal cette roche contient toutefois des filaments de carbone, découverts il y a plus de 25 ans par le professeur William J. Schopf de l’Université de Californie et considérés comme étant les fossiles les plus anciens sur Terre, d’où l’intérêt des scientifiques.

Dans les années 90, le professeur Schopf avait suggéré que les fossiles en question représentaient des restes de cyanobactéries. Ces organismes, encore aujourd’hui présents sur Terre, sont capables de fixer le carbone via la photosynthèse. Ils sont souvent liés à l’apparition de l’oxygène sur notre planète. La découverte de la présence de cyanobactéries sur Terre, il y a 3,5 milliards d’années, constituait une percée importante pour les géologues et microbiologistes en quête de l’apparition et de l’évolution de la vie.

Mais ces résultats ont été contestés récemment par plusieurs scientifiques. En effet, ceux-ci considèrent ces filaments non pas comme des restes de cyanobactéries mais plutôt comme des filaments de carbone inorganique issus de sources hydrothermales chaudes. Ainsi en 2002, le chercheur Martin Brasier de l’Université d’Oxford avait conclu que la silice composant le chert (le chert est une roche presque entièrement faite de silice micro-crystalline) était le produit de fluides hydrothermaux à des températures supérieures à 250°C, un habitat très hostile aux cyanobactéries.

L’étude…

Le professeur Pinti et ses collaborateurs, Raymond Mineau du Laboratoire de microanalyses, micromanipulations et cryo-observations (LAMIC) du GEOTOP et Valentin Clement de l’Institut de Physique du Globe de Paris, ont étudié non pas les filaments mais le contenu minéralogique de la roche. Ils ont découvert des signes d’altération tardive de la roche et des artefacts ressemblant à des microfossiles. Leurs résultats remettent en question à la fois la découverte de William Schopf et les affirmations de Martin Brasier.

En effet, ces résultats présentent une association minérale indiquant que la roche a subi une forte altération hydrothermale à basse température entre 60 et 150°C, ce qui contredit l’étude de Martin Brasier.

De plus, pour la première fois, et grâce au pouvoir d’agrandissement de la sonde du LAMIC, l’équipe du professeur Pinti a pu observer des structures faites de silice de très petite taille (souvent inférieures au micromètre ou 1/1000 de millimètre) qui ressemblent à des tapis bactériens ou des microfossiles. Certaines de ces microstructures pourraient être de vrais microfossiles mais elles montrent un niveau de complexité morphologique très élevé, difficile à associer à des organismes aussi primitifs que les cyanobactéries décrite par le professeur Schopf. Ces microfossiles pourraient être des restes d’organismes plus récents ayant colonisé la roche à travers des microfissures.

Les auteurs concluent leur étude en suggérant que l’altération de la roche est tellement élevée qu’il est presque impossible que l’Apex Chert ait pu préserver des formes anciennes de vie, comme les cyanobactéries. Ils avancent également que les futures recherches sur l’Apex Chert devraient porter, non pas sur les filaments de cette roche, mais plutôt sur son contenu minéralogique.

Pour en savoir plus :

Hydrothermal alteration and microfossil artefacts of the 3,465-million-year-old Apex chert,

Source : Claire Bouchard, conseillère en relations de presse,
Division des relations avec la presse et événements spéciaux,
Service des communications
Tél. : (514) 987-3000, poste 2248

Une réponse à “Les fossiles de l’Apex Chert ne datent pas de 3.5 milliards d’années”

  1. admin Says:

    Correction: Pinti et al. (2009) Hydrothermal alteration and microfossil artefacts of the 3,465-million-year-old Apex chert. Nature Geoscience, 2 640-643.

    The suggestion in this paper that filamentous microfossils occurring in a 3.3 billion-year-old Archaean microbial mat (Westall et al., 2006*) could be abiogenic in origin or Endolithic contamination was not intentional. Westall et al. (2006*) clearly demonstrate by structural, micro-textural, and compositional analysis of the mat that the filamentous microstructures in question are integral parts of it and that the mat is syngenetic with the formation of the sediments. In situ Raman analyses also show that the mat consists of mature kerogen, as would be expected from a 3.3 billion-year old microbial mat having undergone the same lower greenschist metamorphism as the surrounding country rock. The data are not consistent with the mat (and the filaments it contains) being a younger Cenozoic structure.

    The online version of the paper has been amended by Nature Geoscience as follows:

    The microstructures are also present in silicified microbial mats in the 3.5-3.3-billion-year-old Josefsdal chert from Barberton greenstone belt, South Africa (Fig. 6f in ref. 4); in other settings similar microstructures may have been produced by Cenozoic endolithic organisms colonizing Archaean rocks (Fig. 2b,e and 3c in ref. 5).

    *Westall F, de Ronde C. E. J., Southam G., Grassineau N., Colas M., Cockell C. and Lammer H. (2006b). Implications of a 3.472-3.333 Ga-old subaerial microbial mat from the Barberton greenstone belt, South Africa for the UV environmental conditions on the early Earth. Philosophical Transactions of the Royal Society of London Series B., 361, 1857–1875

Laisser un commentaire