Exobiologie et Astrobiologie

Home / Evènements / Le point sur les activités de l’instrument SAM sur Mars

Après une journée tumultueuse, nourrie en rumeurs et spéculations suite aux déclarations de l’un des responsables scientifiques de la mission MSL au sujet de l’instrument SAM, qui fait partie de la suite instrumentale du rover Curiosity actuellement en opérations sur Mars, les membres de l’équipe française font le point sur ce que l’on peut attendre des mesures de cet instrument.

Par Patrice Coll (LISA) et M. Cabane (LATMOS) – membres de l’équipe SAM-GC

Exactement 3 mois après l’arrivée du Rover Curiosity à la surface de Mars, l’instrument SAM-GC, développé par le LATMOS et le LISA, a été déclaré pleinement opérationnel par les ingénieurs du Jet Propulsion Laboratory (NASA, Californie) et les responsables scientifiques de la mission Mars Science Laboratory.

Depuis ce chromatographe en phase gazeuse français, qui constitue avec 2 autres instruments « l’ensemble instrumental »  SAM, un véritable laboratoire miniaturisé de physico- à la surface de Mars, se consacre désormais à analyser ses premiers échantillons de sol martien, après s’être concentré en septembre/octobre sur l’analyse d’échantillons d’atmosphère. Le rover Curiosity a utilisé un mécanisme de son bras robotique pour prélever cinq échantillons de sable poussiéreux dans une zone nommée Rocknest. Sur la photo ci-dessous, on peut voir les traces de ces prélèvements, chacune de ces traces mesurant environ 5 cm de long. Le 5ème échantillon a été délivré en deux fois à l’instrument SAM (le 93ème jour martien – ou sol – de la mission / 9 novembre, et le 96ème sol / 12 novembre).

 

Prélèvements d’échantillons de sol martien avant l’analyse par l’instrument SAM. Crédits : NASA/JPL-Caltech

 

Les 1ers échantillons de sol ont été prélevés dans une région qui a été baptisée « Rocknest » . Crédits : NASA/JPL-Caltech

 

Après les 3 premiers mois d’exploration de la planète Mars passés au Jet Propulsion Laboratory, l’équipe SAM-GC est bien entendu impliquée dans les analyses, entre le centre CNES/Fimoc (Toulouse), le NASA Goddard Space Flight Center (Maryland, USA) et leurs laboratoires d’origine (LISA, UPEC-UPD-CNRS et LATMOS, UVSQ-UPMC-CNRS). Suite à une phase d’activation de SAM intense, l’équipe a travaillé quasiment 20h/jour sur ses analyses du 10 au 20 novembre. Heureusement Thanksgiving arrive, l’activité MSL va s’arrêter 3 jours et il sera temps pour l’équipe de prendre un peu de recul sur ses analyses.

 

L’équipe française de SAM dans l’une des salles des opérations du centre NASA JPL. Arnaud Buch (LGPM – au premier plan), Cyril Szopa (LATMOS – juste derrière), Patrice Coll (LISA – assis), Michel Cabane (LATMOS – debout derrière P. Coll).

 

Contrairement à ce que l’on peut lire dans certains médias, SAM ne peut pas trouver d’organisme vivant, puisque ce laboratoire analytique a pour mission de définir la composition chimique des échantillons qu’il analyse, que ce soient des échantillons de sol ou d’atmosphère. Bien évidemment si SAM détecte/identifie des composés organiques, il conviendra d’essayer de répondre à la question de leur(s) origine(s), et dans ce cas ce ne sera pas à SAM seul de répondre à cette question mais à l’ensemble des instruments de MSL qui en croisant leurs résultats permettront de mieux comprendre cette origine, qu’elle soit biologique ou autre…

En résumé l’investigation de Mars avec SAM commence à peine.

En attendant les premiers résultats, quelques liens pour suivre cette exploration :

–  reportage dans le journal de 20h de TF1, le 22 novembre

– Emission « Reportages » sur TF1, le week-end du 24 novembre.

–  Ciel & Espace de décembre

–  Article dans 20 min

 

Laisser un commentaire