Exobiologie et Astrobiologie

Home / Evènements / Un projet SETI en hibernation

Par Elisabeth Piotelat, représentante en France de la SETI League

Le SETI Institute (1) vient d’annoncer que l’Allen Telescope Array (ATA) était en hibernation à cause de problèmes de financement. Inauguré en 2007, ce réseau comporte actuellement 42 antennes, sur les 350 prévues initialement. C’est le premier instrument à écouter le ciel 24h/24 7j/7 à la recherche de vie intelligente. Outre les programmes d’écoute, l’ATA a aussi permis des avancées significatives en radioastronomie et a aussi été récemment amélioré pour détecter des débris dans l’espace.

L’ATA est situé sur le terrain de l’Observatoire Radio de Hat Creek (HCRO) en Californie. Si la construction était à la charge du SETI Institute, son fonctionnement dépend de l’Université de Berkeley qui dépense pour cela 1,5M de dollars par an, auquel il faut ajouter 1M de dollars par an pour la recherche scientifique proprement dite. Les difficultés budgétaires du gouvernement américain amènent à chercher de nouvelles solution pour le fonctionnement du HCRO. De plus, les fonds fournis par la National Science Fondation (NSF) s’élèvent à 1/10ème de ceux de l’année précédente.

Allen Telescope Array (C) SETI

Il faudrait donc cinq millions de dollars  au SETI Institute pour financer pendant deux ans une recherche de signaux en visant les 1235 exoplanètes candidates annoncées en février dernier par la mission Kepler.

Si l’ATA est en hibernation, le SETI Institute continue ses recherches scientifiques. En 2011, il a mis en place un programme accueillant un artiste (2) et de nombreux développements informatiques sont réalisés dans le cadre du projet setiQuest, qui permet à des citoyens d’explorer les données reçues par ATA (3). De plus il ne faudrait pas croire que SETI a complètement interrompu ses programmes d’écoute. Le radiotélescope d’Arecibo est toujours employé. Il fait de l’écoute Seti “parasite” (Serendip) même si le récepteur utilisé ne fonctionne pas en permanence.

Il n’y a pas que le SETI Institute qui effectue des recherches SETI aux USA et dans le monde, comme expliqué dans l’article “Paradoxe de Fermi et recherche d’intelligences extraterrestres” datant de 2006 (4). Les colloques, séminaires sur SETI rassemblent régulièrement près d’une centaine de personnes, comme c’était le cas en 2008 à l’UNESCO. En novembre 2010, le projet Dorothy a consisté à des écoutes SETI dans 19 organismes répartis dans 13 pays sur les 5 continents (5).

En espérant que l’ATA pourra prochainement sortir de son hibernation, il faut noter que la recherche d’intelligence extraterrestre est encore très active au SETI Institute et dans divers organismes autour de la planète. Les chercheurs français sont invités à participer à l’atelier de réflexion “Formule de Drake” en envoyant leurs contributions pour le 16 mai au plus tard (6).

(1) http://www.seti.org
(2) http://artsciencefactory.fr/2011/04/03/un-artiste-au-seti-institute/
(3) http://setiquest.org
(4) http://www.exobiologie.fr/index.php/vulgarisation/astronomie-vulgarisation/paradoxe-de-fermi-et-recherche-d%E2%80%99intelligences-extraterrestres-que-faire-en-france/
(5)  http://www.nhao.jp/~narusawa/oseti/project-dorothy.html
(6) http://www.exobiologie.fr/index.php/actualites/evenements/atelier-de-reflexion-autour-de-la-formule-de-drake/

Laisser un commentaire