Exobiologie et Astrobiologie

Home / Trajectoires / Trajectoire : Coralie Brassé

Dans la nouvelle rubrique “Trajectoires en Exobiologie”, des étudiants en thèses, sur des thèmes liés à l’exobiologie, racontent leur parcours. C’est Coralie Brassé, doctorante au LISA, qui commence cette série d’interviews.

Coralie Brassé, doctorante au LISA

Quelle est votre formation ?

Après avoir obtenu mon bac scientifique (sans mention… comme quoi tout n’est pas perdu même sans mention!!!) je me suis dirigée vers la médecine dans un premier temps. C’est au cours de cette formation que j’ai réalisé que la était vraiment un domaine que j’appréciais particulièrement (et accessoirement que je n’étais pas faite pour la médecine). Donc direction licence de physique- à l’Université Paris Diderot puis un master sur la atmosphérique avec une option “exobiologie”.

Pourquoi avez-vous choisi ce type d’études ?

Comme je l’ai dit précédemment, pendant la première année de médecine, j’ai découvert mon penchant pour la chimie. Et pendant la troisième année de licence, on doit faire un stage, c’est à ce moment là que j’ai découvert l’exobiologie à travers l’étude de Titan (une lune de Saturne). Ensuite j’ai donc orienté mon cursus afin de pouvoir continuer dans ce domaine.

Quel est votre sujet de thèse ? Où la faites vous ?

Je fais ma thèse au LISA (Laboratoire Inter-universitaire des Systèmes Atmosphériques sous la direction de François Raulin et Patrice Coll. Mon sujet de thèse s’intitule “Les aérosols organiques de Titan : leurs propriétés physico-chimiques et leurs possibles évolutions à la surface“.

Plus concrètement, je simule en laboratoire l’environnement atmosphérique de Titan avec l’expérience PLASMA afin de synthétiser des analogues des aérosols présents sur Titan (ce sont des poussières en suspension dans l’air). Sur ces analogues je réalise diverses analyses afin de déterminer à terme leur composition chimique mais aussi leurs propriétés physiques. Je regarde également les différents scenarii d’évolution quand ces aérosols atteignent la surface de Titan en simulant en laboratoire les structures géologiques présentes à la surface et avec lesquelles ces aérosols pourraient interagir.

L'expérience PLASMA, au LISA, où sont générés les analogues des aérosols de Titan : les tholins

Quel est le lien de votre sujet avec l’exobiologie ?

Titan est le seul objet planétaire du système solaire, avec la Terre, à posséder une atmosphère dense riche en diazote, avec en plus quelques pourcents de méthane. Il présente beaucoup d’analogies avec la Terre et une chimie organique complexe se déroule dans son atmosphère ce qui conduit à la formation d’aérosols organiques solides.
C’est pourquoi  la chimie qui s’y produit dans l’atmosphère de Titan et ses aérosols sont très étudiés depuis plusieurs années maintenant.

Pourquoi avez-vous souhaité faire une thèse ?

Dans le domaine de l’astrochimie, de l’exobiologie, la recherche est le seul moyen de se trouver au cœur de “l’action” et de participer activement aux prochaines découvertes et pourquoi pas entrer dans l’histoire en découvrant une forme de vie extrêmophile* sur Titan !!!!
Ce qui est bien avec la recherche c’est qu’on peut tout imaginer tant que l’on a pas prouvé que ce n’était pas possible !

*(une espèce extrêmophile est une espèce qui peut vivre dans des conditions extrêmes c’est à dire à de très fortes pressions, de très fortes/faibles températures… Des espèces comme on peut trouver au fond des océans terrestre)

Meilleur souvenir et pire souvenir au laboratoire ?

Mon pire souvenir : je pense qu’il est à venir et qu’il aura lieu quand je présenterai mon travail de 1ere année devant tout le laboratoire…

Mon meilleur souvenir : les fous rires avec mes collègues thésards !!!
et le deuxième sera quand j’aurais enfin réussi à éradiquer l’urée de mes échantillons !!!!!
(l’urée est une molécule qui ne devrait pas être présente dans mes échantillons et pourtant elle est là encore et encore…)

Et après ?

Et après ? c’est trop loin encore !!!
Je n’arrive déjà pas à me voir en train de soutenir ma thèse alors me projeter au-delà c’est impossible.
Je vais y aller petit à petit.
Quand je saurai, je ferai une mise à jour de l’interview, promis 😀

Coralie

2 Réponses à “Trajectoire : Coralie Brassé”

  1. Le point sur la chimie prébiotique de Titan | Société Française d'Exobiologie Says:

    […] une interview de Coralie Brassé, coauteur de cet […]

  2. Percer le mystère de la vie – un reportage sur Euronews | Société Française d'Exobiologie Says:

    […] entre 2009 et 2012, y décrit certaines expériences menées au LISA, avec son étudiante en thèse Coralie Brassé. Une expérience d’exobiologie au LISA […]

Laisser un commentaire