Exobiologie et Astrobiologie

Home / Publications scientifiques / L’expérience AMINO : de la chimie et de l’exobiologie à l’extérieur de la Station Spatiale Internationale

Par Hervé Cottin

.
Après avoir quitté la Terre le 26 Novembre 2008 pour rejoindre la Station Spatiale Internationale, à plus de 300 km au dessus de nos têtes, l’expérience d’exobiologie AMINO devait être installée le 23 Décembre à l’extérieur de la station pour rester exposée au rayonnement solaire pendant un an et demi. L’installation a bien eu lieu comme prévu, mais avant de regagner l’habitacle de la station les astronautes ont constaté un défaut dans l’alimentation électrique du support de l’expérience : le module EXPOSE-R. Il a donc été décidé au tout dernier moment de démonter l’expérience, et de la rentrer à nouveau à l’intérieur de la station. Un retour sur Terre, sans garantie de retour dans l’espace a même été envisagé… Un triste cadeau de Noël pour toute l’équipe…
Heureusement, un diagnostique de la panne a pu être établi, et corrigé par les astronautes… Une nouvelle tentative d’installation a eu lieu à l’extérieur du module Russe Zevzda de la station spatiale internationale Mardi 10 Mars 2009, par les astronautes Yury Lonchakov and Mike Fincke. Cette fois ci, tout s’est déroulé comme prévu, et les expériences sont en cours pour une durée prévue d’un an et demi.
.

finale1

.
Le principe d’AMINO est d’exposer au rayonnement solaire des molécules organiques qui nous permettront de mieux comprendre la chimie se déroulant à la surface ou dans les atmosphères de différents objets du système solaire comme les comètes, les météorites, Mars et le satellite de Saturne Titan. L’effet du rayonnement solaire sur des brins d’ARN sera aussi étudié. Ces expériences s’inscrivent dans le cadre de recherches en exobiologie, science dont l’objectif est la compréhension de l’origine de la vie sur la Terre, et la possibilité qu’elle ait pu apparaitre ailleurs que sur notre planète.
L’expérience AMINO est préparée par le LISA, le Service d’Aéronomie, le Centre de Biophysique Moléculaire d’Orléans, et l’Institut Jacques Monod, avec le support du CNES. Une expérience similaire, préparée par les mêmes équipes, est déjà installée à l’extérieur de Station Spatiale Internationale depuis Février 2008.

.

Pour en savoir plus :


Laisser un commentaire